Hôte Gallery

Hôte Gallery - 203 Rue Haute - hoogstraat 1000 Bruxelles

Dominique Thirion  

Libérer l’imaginaire (Claude Lorent) (octobre 2017)

Peintre par sa formation cambrienne, Dominique Thirion (Mons, 1962 – Vit à Bruxelles) s’est davantage fait connaître par ses performances et autres « actions participatives », ainsi qu’elle nommait ses interventions. En 2012, elle renoue avec la peinture et définit son projet comme celui d’un « peintre éclectique et itinérant », entendez « un peintre à la pratique hétéroclite, vagabonde et discontinue ». Pas étonnant qu’elle se soit accordé ‘une totale liberté de faire ». Et la voici en expo solo dans une nouvelle galerie bruxelloise. Elle y présente une série – qui n’en est surtout pas une tant la diversité est de mise ! –de 25 peintures de mini format. 25 moments de poésie visuelle qui nous plonge dans des fictions qui ressemblent à des contes, des histoires, comme seuls les enfants sont capables de les inventer et de les raconter. Sans aucune logique, sans structure préétablie, avec une certaine fantaisie et ce pouvoir imprévisible de faire surgir ce à quoi on s’attend le moins. Ces peintures ne sont pas seulement des images, ce sont des lieux où tout est possible, où les formes et les couleurs décident avec une intelligence intuitive, avec humour parfois, avec un zeste de romantisme en d’autres cas, avec légèreté ou/et fluide émotionnel, ce qui sera proposé au final : une peinture ! Et la part de magie fonctionnera peut-être jusqu’à l’attachement personnel. Jusqu’au sentiment d’affinité qui ne s’explique pas nécessairement mais entraîne une adhésion et engage à un voyage imaginaire. En sous-entendus se faufilent aussi des histoires de (la) peinture abstraite, construite, monochrome, de mots…

 

Picturalité éclectique (Dominique Thirion) (2019)

 

"La maturité de l'homme, c'est d'avoir retrouvé le sérieux qu'on avait au jeu quand on était enfant." Nietzsche

La peinture, pour moi, est un terrain de jeux et d’expériences où chaque toile a son propre cheminement. Je cherche la diversité qui survient d’une totale liberté dans la pratique.Chaque toile est une aventure autonome. Je me sens en affinité avec Picabia, Filliou, Polke ou Swennen, chez qui on trouve une certaine dose d’humour et de distance en même temps qu’une implication totale.Je prends la peinture au sérieux tout en ne me prenant pas au sérieux. Il y a une certaine dose d’irrévérence chez moi que j’aime voir surgir dans mes peintures.  Quand une peinture me fait sourire, qu’elle me procure une émotion enfantine qui parle à ma tête, mes yeux et mon cœur, qu’elle me surprend, il est temps alors de la partager. Peut-être que je peins pour les enfants. Qui sait ? ;-)

1962              Naissance à Mons, Belgique

1983-1988         Etudes à la Cambre, Bruxelles, en "Peinture et recherches tridimensionnelles"

1986-1992         Expositions, prix, ventes, commandes

1992              Abandonne la peinture n'y ayant pas trouvé de formes nouvelles

1993              Se consacre aux "actions participatives" (commencée en 1980)

1993-2004         Poursuit les "actions participatives" : "L'important dans ma pratique artistique ce sont les relations qu'elle                    produit - les relations humaines, les relations au monde.

                  J'essaie de créer de nouvelles complicités par mes 'actions participatives'. La rencontre est au centre de mon                    travail. J'agis dans le réel, peu dans les galeries. Je me glisse dans la vie pour y créer des incidents,                          joyeux, troublants et surprenants, des incidents et des rencontres."

2004-2007         Développe les esquisses : des performances  en chant, danse, musique et théâtre

2005-2007         Participation au spectacle des Vedettes plus ou moins majorettes (théâtre de rue)

2007              Participation, avec les Vedettes (chant et chorégraphie de majorettes), aux concerts du chanteur

                  Philippe Katerine notamment à l’Olympia et au Zénith de Paris ainsi qu’à de nombreux festivals musicaux                            (Francofolies de la Rochelle, le Festival de Dour, Les nuits de Fourvières à Lyon, Festival de Poupet,

                  Festival des Vielles Charrues…)

2008              Se consacre à l’écriture et au dessin

2009              Réalisation du livre Incomplétude pour le S.M.A.K (Gent)                      

2010              Retour à la performance

                  Présentation de mon livre Incomplétude au S.M.A.K avec exposition, concert de Vinz et des Quiet Stars,                            performance When Doves Cry

                  Résidence recherche chorégraphique (ReRc #50) au Centre Chorégraphique national de Montpellier :

                  Un lieu comme une personne #3 : Reste avec moi avec Barbara Manzetti (février)

2011              Performance dansée Laisse-moi te venir à Compil d’Avril à la Raffinerie Charleroi/Danses (Bruxelles),

                  à la Maison du Peuple de St Gilles (Bruxelles), à la Nuit Blanche à la Bellone (Bruxelles)   

                  et à la Biennale de Charleroi/Danses (Charleroi)et expositions

2012              Retour à la peinture en y cherchant des formes diverses.

                  Performances : Laisse-moi te venir épisodes 1,2,3 + épilogue au Festival Trouble, Halles de Schaerbeek ;                        Performance dansée Marilyn au cœur d’or au Bouillon Kube pour l’ouverture du Parcours d’artistes à St Gilles et                    au Casino Vintage de Bruxelles  pour Nuit Blanche

2013              Performances : ATW (#3) et LDDS aux soirées de l’Usine Bis abbaye de Forest ;

                  La minute burlesque d’Isabelle Bats à la Maison des cultures de St Gilles ; Intimately yours,

                  my Impossible Love et OVNI JAM SESSION au Crash Test #1 au Brass ;

                  Encore trop tard dans la soirée Tomorrow aux Brigittines

                  Exposition : Indisciplinées avec K. Marenne et P. Barret à la galerie Dubois Friedland

2014              Performances : The Blind Boxing Brides du collectif Rec aux Ateliers Claus (BXL) ;

                  LDDS au Bouillon Kube (BXL) ; Intimement Vôtre à l’Orangerie de Bastogne ;

                  Il est des nuits chantées où l'on ose l'impossible / Carte blanche à Dominique Thirion,

                  à La Fabrique de Théâtre de Frameries ; Performance We Insist : Freedom Now (1960/2014)

                  dans le festival Lust For Live organisé par l’Usine Bis à l’Abbaye de Forest, BXL

                  Expositions : Tu m’oublies Pétasse à l’Orangerie de Bastogne et Épines d’Eden à la galerie Dubois Friedland                        (BXL)

2015              Performances : Intimement vôtre aux Halles de Schaerbeek dans le cadre du festival Propulse (BXL) ;

                  Samantha et Endora avec Pascale Barret à la galerie duboisfriedland (BXL) ;

                  A Sronger Loving World…to Die in dans l’exposition Fragil (BXL)

                  Exposition : Les consolantes (pour le lancement d’Endora société joyeuse),

                  exposition à la galerie duboisfriedland (BXL)

2016              Performances : Dominocity et les dominettes, concert au Bukta Paktop, BXL (2 avril), au Ten Weyngaert, BXL

                  (7 avril), à l’Académie Royale des Beaux-Arts de Liège (30 juin) ;

                  A Sronger Loving World…to Die in au Ten Weyngaert, BXL (21avril) ;

                  Dominique Thirion dessine en live au Ten Weyngaert, BXL (11,14,15,18 avril)
                  Expositions : Cailloux et sornettes Ten Weyngaert BXL (mars) ; Mauricette chez les cowboys,

                  à La guinguette des étangs de Fontenelle, Fontenelle (juillet)

                  Conférence : Petites histoires, rencontre avec Walter Swennen et Hans Theys au Ten Weyngaert BXL (mars)

2017              Performances : A Tribute to Prince, concert de Dominocity et les Sexy Girls pour l’ouverture de la Biennale                        d’Art Contemporain de LLN (6 oct.) ; Dominocity et les dominettes, concert pour l’ouverture du festival                            RECOmmerce organisé par Bains Connective à l’Abbaye de Forest (29 juin)

                  Exposition : Dominique Thirion : peintures, à la galerie Morceau d’Architecture,

                  BXL (sept/oct.)

2018              Performances : Marianne ou le ménage sans larmes, performance musicale du Gang des Femmes de Ménage dans                          l’exposition Le jardin du paradoxe (mai) ; Miss Clean, performance musicale du Gang des Femmes de Ménage dans                      l’exposition La femme de ménage a trois doigts (juin) ;

                  Malou, performance musicale du Gang des Femmes de Ménage à l’E.A.U (déc.)

 

CHOIX DE QUELQUES PROJETS REALISES

 

Marianne ou le ménage sans larmes par le Gang des Femmes de Ménage – In Le Jardin du Paradoxe (2018)


En 2018, pour l’exposition le jardin du Paradoxe au Musée de la vie wallonne de Liège, D.Thirion crée un groupe de rap qui réinterprète musicalement des morceaux très connus du genre avec de nouvelles paroles inspirées de la vie et du travail des femmes de ménage. Elle invite, Marianne, la femme de ménage du Musée, à chanter les chansons qu’elle a écrite pour elle.

Dominocity et les dominettes – in Bukta Paktop /in Ten Weyngaert/ in Aca St Gilles / in ARBA (2016) / in festival RECOmmerce des Bains Connective / in Biennale d’Art Contemporain de LLN ‘Oh les beaux jours !’(2017)

Une dizaine de filles chantent une chanson pop qu’elles ont toujours rêvé de chanter. La voix fragile de chacune est soutenue par cinq musiciens professionnels. Que ce soit dans leurs concerts éclectiques fait de reprises qui traversent l’histoire de la Pop ou dans les concerts d‘hommage à Prince’, ça déménage à fond !

 

A Sronger Loving World…to Die in – in l’exposition Fragil (2015) / in Ten Weyngaert (2016)

Performance picturale/musiCale de l’artiste plasticienne Dominique Thirion en compagnie Jeanne Coppens et des musiciens Teuk Henri et Jef Mercelis. Dominique et Jeanne dessinent en live sur la reprise, par les musiciens, de l’album Music For A New Society de John Cale.

 

We Insist : Freedom Now (1960/2014) –  in festival Lust For Live (2014)

Performance graphique et rythmique de DominiqueThirion sur des improvisations free jazz de Kris Defoort (piano) et Laurent Blondiau (trompette) en hommage à Max Roach.

 

Intimement vôtre –  in Brass (2014) / in Halle de Schaerbeek (2015)

Dominique Thirion écrit et dessine sur un mur de la salle des machines du Brass pendant que le musicien Jef Mercelis joue et chante. Aurélien Merceron filme et réalise, en live, une interprétation numérique de la performance.

 

LDDS (La danse des seins : reprise d’une performance de 2006) – in les vendredis de l’Usine Bis (2013)

Quatre filles font bouger leurs seins au rythme de Whip It de Devo. L’une fait la basse. La seconde, le synthé. La troisième, les voix et la dernière, la batterie.

 

Marilyn au cœur d’or – in Parcours d’artistes (2012)

En 2012, pour fêter les 50 ans de la chanson Cette année-là de Claude François, Dominique Thirion reprend à l’identique la chorégraphie de Cloclo et ses Claudettes. La différence : Cloclo est une femme et les Claudettes sont des Claudes.

 

Laisse-moi te venir – in Biennale Charleroi/Danses  (2011) / in Festival Trouble (2012)

Dans cette performance dansée,12 performeurs actent et dansent les paradoxes de l’amour, quatre musiciens interprètent des morceaux de musique populaire parlant d’amour. Le spectacle se clôture par une soirée dansante.

 

Open venster : (2003)

Quatre des 1500 fenêtres dormantes du bâtiment Ferraris (Ministère du Gouvernement flamand à Bruxelles) sont remplacées par 4 fenêtres ouvrantes. Sur la façade vitrée, les quatre fenêtres ouvrantes détonnent. Un virus ?

 

Les sourires dérobés  - in La journée de la Mobilité (2002)

Pendant toute une journée, des annonces fantasques se glissent parmi les annonces habituelles diffusées par les haut-parleurs de la gare de Bruxelles Midi. Habituelles ou fantasques, les annonces sont dites sur un même ton professionnel par les speakerines de la SNCB.

 

2 min 38 sec de vague de chaleur - in La Journée de la Mobilité (2002)

À la gare du Midi à Bruxelles, soudain Heatwave des Supremes à plein volume : 50 couples se mettent à danser, ils portent des dossards numérotés comme dans les concours.

Bis : les 50 couples se séparent pour entraîner de nouveaux partenaires, invités dans la foule des voyageurs ; contagion, pendant 2 min 38 sec, le hall de la gare danse.

 

Concert douanier - in Ici et Maintenant (exposition collective d'artistes belges et européens,2001)

Sur le site de Tour et Taxis, dans les immenses entrepôts désaffectés de l'Administration des Douanes, l'Harmonie Royale des Finances, un orchestre de 60 fonctionnaires musiciens en uniformes officiels des douanes, donne un concert d'adieu lors d'une nocturne de l'exposition.

 

Questionner les réponses (2000)

Pendant deux mois, sur le site internet de la BBL (Banque Bruxelles Lambert), les clients qui consultent leur Home-Bank tombent sur une question (une question par jour, 60 questions en tout) :

" Quand avez-vous rencontré une situation cruelle pour la dernière fois ? ",      " Qui prend des risques ? "       " Je suis une oreille, et vous ? ",       " GA ZO BU MEU ? dixit les Shadocks " …

Les clients peuvent soit

  • continuer et accéder à leur Home-Bank

  • répondre à la question par… une question. Ainsi, les questions s'accumulent sur le site BBL.

 

Giorno dopo giorno -  in  No Milk Today,  Biennale off de Venise (1999)

Pendant les 148 jours de la Biennale de Venise, 148 cartes postales sont affichées ou distribuées.

Au verso, les lignes pour l'adresse et le timbre. Au recto, pas d'image mais une histoire typographiée en noir sur fond blanc.

148 histoires où des Vénitiens racontent leur Venise à eux, en dialecte vénitien, en italien ou français. La plus courte : " Je me rappelle qu'une année l'équipe de foot de Pellestrina était composée de onze Vianello, onze joueurs au même nom de famille, c'est un cas unique ! "

 

Glasgow stories - in Contemporary Art from Brussels au CCA de Glasgow (1998)

Au CCA, plus de 700 Glaswegians font un portrait de Glasgow : ils écrivent ou dessinent sur un carton de la taille d'une brique ; un des murs du CCA est petit à petit reconstruit.

Dans les rues de Glasgow, plus de 700 sacs plastiques se balladent aux mains des Glaswegians ; sur ces sacs blancs est écrit : I'm looking for someone to tell me a story

© 2017  Hôte Gallery.