Hôte Gallery

Hôte Gallery - 203 Rue Haute - hoogstraat 1000 Bruxelles

John Bulteel

Né à St Denijs (Zwevegem) 29/9/1945.

Academie de Kortrijk sculpture de 1981-1985.

De 1978 à 1987 expositions uniquement de pastels et fusains..

 

Médaille D’argent au Festival International des Arts Plastiques de Mouscron .1981

Lauréat de la Biennale Internationale du Pastel de Bruxelles -Espace Albertine. 1995

 

Première exposition de sculptures colorées en papier-mâché en 1998..

A partir de 1991 sculptures à base de mortier de plâtre et fibre de verre.

A partir de 2000 premières sculptures en bronze.

 

Expositions en Belgique, France, Pays Bas et Angleterre.

Foires d’art d’Amsterdam, La Haye, Strasbourg,, Paris et Gent.

 

Œuvres au :

 

Collection Musée des Beaux Art de Tournai.

Collection du Musée des Beaux Arts de Mouscron.

Collection Province du Hainaut.

Collection Stad Menen, Koksijde.

Collection Galerie Fondation Vromans –Ijlst (Nl)

Art+Start= collectie Bibliotheek Middelburg (NL)

« MailArt » » Bibliotheek Van Abbe Museum. Eindhoven (NL).

Musée Rubanerie Comines.

Musée géants de Cantin (Fr)

Maison des Géants d’Ath.

Autel et meubles pour l’église St Martin d’Ath.

La verticalité est omniprésente dans mes sculptures accentuées par la blancheur d’une matière brute, le plâtre. Les sculptures récentes laissent apparaître leur âme de bois ou de métal tandis que leurs surfaces se lissent, évoquant un virage vers l'abstraction essentielle chère aux civilisations dites primitives.

Amoureux des formes et des matières je tourne le dos à cette tendance de l’art majoritairement présente aujourd’hui qui délaisse les matériaux pour s’intéresser au seul concept. Je reste un artisan aimant le travail de la main, les formes et les textures.

 

Mon travail demeure volontairement figuratif authentique et exigeant.

Extrait de : John Bulteel et les « mythes aux manies »… ....Après avoir célébré la nature par des pastels lyriques ou de splendides dessins au fusain, après avoir chanté l’ardeur des sentiments humains et mis en scène les choses de l’amour comme de la mort, après avoir rendu un hommage appuyé aux géants et aux mille et un travestissements de l’âme humaine, notamment en donnant une teinte érotico coquine aux objets usuels comme aux récits merveilleux de l’enfance, John Bulteel revient au plus près du mythe, traquant aussi bien ses éléments constitutifs que ses diffractions dans l’œil du regardeur. ........La figure de proue de cette partie de l’œuvre de John Bulteel n’est pas Ulysse mais bien Actéon, être mortel au destin funeste, celui par qui une forme légère de perversion, le voyeurisme, se voit portée au pilori. Comme dans tout mythe, l’exposition des faits prend fin par une sorte de morale, fixant ainsi les limites à ne pas franchir. Dans des sociétés où l’oralité joue un rôle prépondérant, le mythe fixe la norme, défriche le terrain, brise les tabous et installe un fossé, une zone non aedificandi sur laquelle il ne faut en aucun cas aborder. ....... Afin de donner encore plus de relief au récit mis en images, John Bulteel propose d’intégrer ses créations au sein de véritables installations. Entre art conceptuel et sculpture traditionnelle, son œuvre s’empare d’un espace pour le rendre encore plus signifiant, notamment par la prégnance des matières et par la suggestion opérée plastiquement. En effet, depuis quelques temps, John Bulteel a donné à son art en trois dimensions la fertilité de l’ébauche mise à nue, du sentiment à peine esquissé. Appelant à l’archéologie du vécu de chacun, ses œuvres actualisent avec force les mythes les plus ardents, renvoyant aux simples mortels que nous sommes des atomes d’Absolu jalonnant les voies à emprunter, obturant celles qui s’avèrent délétères. Olivier Clynckemaillie Conservateur du Musée de la Rubanerie Cominoise.

© 2017  Hôte Gallery.